Bienvenue à Sétif !

Ahmed LALLEM

Né à Sétif en Algérie, LALLEM étudia le cinéma pendant huit mois à I'IDHEC (Institut des Hautes Etudes Cinématographiques) à Paris.

Membre du FLN, il fit partie du groupe de Mohamed LAKHDAR-HAMINA à Tunis et travailla comme reporter de guerre dans la zone frontalière.

Il travailla ensuite comme stagiaire à la télévision yougoslave à Belgrade puis, de 1963 à 1966, il étudia à l'école de cinéma de Lodz en Pologne.
Il réalisa les courts métrages suivant : Tapis du Djebel, Amour (1963), Elles (1966), Vue générale (1967), Le mouton (1967). Lauriers roses (1968), Rencontre à Cirta (1968), Auto construction (1969), Aujourd'hui le Hoggar (1970), Aller-retour (1971), La forêt (1975), Femmes de la céramique (1977), Les 6tudiantes de Bab-Ezzouar (1978), On ferme la cinémathèque (1990), A propos du sida en Algérie (1990), Fécondation in vitro (1991), Chroniques d'une jeunesse à l'ombre d'un été (1991), Traditions berbères de Kabylie (1992), Jeunes d'Alger en été (1993), Les nomades Ouled Nail (1993).

LALLEM réalisa deux longs métrages pour I'ONCIC dans les années 70 : le premier, Zone interdite / Al-faiza (1974), mêlait la fiction à des images d'archives pour retracer l'éveil politique d'un village algérien durant la guerre de Libération, tandis que le second, Barrières / al-Hajiz (1977), relatait l'éclatement d'une famille féodale après la mort du père.

Il est réconfortant de constater qu’au troisième millénaire, alors que le monde entier est répertorié afin d’offrir d’innombrables possibilités de voyages organisés, il existe encore quelques destinations du bout du monde qui ont su conserver leur rythme de vie et leurs traditions séculaires.

Sétif fait partie de ces privilégiés : située au nord sur les hauts plateaux algériens, Sétif a conservé vivaces ses racines algériennes, son environnement exceptionnel, fait de cette région un endroit idéal pour un dépaysement garanti.

© 1999-2017 Setif.com | Pour nous contacter : contact@setif.info